L'univers de Marie

L'univers de Marie

Qu'est ce qui nous pousse à grignoter( suite et fin !!!)

       2

Réfléchissez bien : n'éprouviez-vous pas un certain ennui ou une lassitude à propos de ce que vous étiez en train de faire ?
Eh oui, les émotions, aussi bien dissimulées soient-elles, sont bel et bien présentes au quotidien : l'ennui et la fatigue sont bien des sentiments qui poussent au grignotage. On ne sait pas quoi faire alors on mange, on veut faire une pause alors on mange, etc… Des exemples de ce type, on pourrait en citer des dizaines...

La liste est effectivement longue : colère, tristesse, agacement, stress, anxiété, mais aussi mal-être, manque de confiance en soi, contrariétés liées au travail ou problèmes familiaux, sont autant de bonnes raisons pour se jeter sur la nourriture ! Il n'y aurait guère que l'amour qui aurait plutôt tendance à couper l'appétit.

Pour le reste, manger devient un ersatz, un moyen de se protéger, une carapace… On pallie la douleur que l'on ressent, le vide intérieur. On tente de se calmer, de résoudre le problème par la nourriture.
Cela étant, chez certaines personnes, ces mêmes sentiments bloqueront complètement l'appétit : colère, culpabilité, tristesse, empêcheront tout aliment d'être avalé. Une bouchée et c'est la nausée assurée ! Pour ces profils, ce ne sera pas une prise de poids mais plutôt une perte de poids qui sera provoquée par les émotions. Ont-ils de la chance ? Pas forcément ! Le fait de ne pouvoir rien avaler sous le coup des émotions affaiblit encore plus le corps. Les émotions nous mettent déjà à rude épreuve, mais lorsque le corps manque d'énergie, c'est encore pire !


Votre passé joue aussi un rôle important sur le rapport que vous entretenez avec la nourriture : la manière dont vos parents vous nourrissaient reste inscrite en vous. Si votre mère vous donnait à manger à profusion, une fois adulte, votre rapport à la nourriture sera compulsif. Pour vous faire plaisir, vous mangerez sans réelle sensation de faim. Il s'agit ici aussi de combler un manque, et donc de vous rattacher à des souvenirs agréables du passé pour vous rassurer. Retrouver la fusion mère-enfant dans un petit carré de chocolat, c'est possible ?...

Régler ses problèmes par la nourriture n'a jamais été une solution.
Alors pour éviter cette « alimentation-compensation » et fuir les kilos, dits, « émotionnels », il existe quelques petites astuces à mettre en place dès que l'envie de grignoter pointe le bout de son nez :

Un cahier de pulsions
A chaque fois que vous mangez (en dehors des repas équilibrés bien évidemment), notez dans un cahier ce que vous ressentez un peu à la manière d'un journal intime. Vous êtes en colère ? Fatiguée ? Triste ? Exprimez-le et indiquez également aussi le jour, l'heure et ce que vous avez mangé. Ce sera la base pour mieux comprendre ce qui vous pousse à manger. Identifier les émotions qui vous font courir en cuisine est le premier pas pour stopper tout grignotage incontrôlé !

A la recherche de la cause
Une fois votre carnet de bord réalisé, penchez-vous sur le problème d'un peu plus près. Pourquoi ressentiez-vous cela à ce moment précis ? Que s'est-il passé dans la journée ? N'oubliez pas que le psychique humain est compliqué, et parfois une émotion peut cacher un problème profond, ancré et/ou ancien peu évident à première vue !

Souvenirs et simulation
Faites un retour en arrière et rappelez-vous de votre enfance. Essayez de vous souvenir du rapport que vous aviez avec la nourriture, la manière dont vos parents étaient avec vous, l'environnement dans lequel vous évoluiez et qui pourrait aujourd'hui avoir un impact sur la façon dont vous vous alimentez. Vous pouvez aussi créer des situations artificielles : pensez à quelque chose qui pourrait vous rendre triste ou vous mettre en colère, et analysez la manière dont votre corps réagit. Le but est de comprendre la source du problème et d'apprendre à mieux gérer vos émotions, du moins différemment que par le biais de la nourriture.

L'alimentation
Préférez des aliments qui calent bien plutôt que des produits qui ne coupent pas la sensation de faim. Et si l'envie de grignoter vous prend, buvez un grand verre d'eau ou prenez un chewing-gum ! N'hésitez pas pour autant à prendre un "en-cas" équilibré si vous avez vraiment faim pour ne pas vous jeter sur la nourriture au moment du repas : le corps, ayant été privé, s'empresserait de faire ses réserves !

Une aide extérieure
Si vous vous apercevez que le problème qui vous pousse à manger est ancien mais que vous ne réussissez pas à le définir précisément et à le résoudre, vous pouvez consulter un thérapeute. Il vous aidera à remonter à la source du problème et donc à ne plus utiliser la nourriture comme produit de remplacement. Certains sont d'ailleurs spécialisés dans les troubles alimentaires, n'hésitez pas à vous renseigner. Les plus timides ou les plus réticents consulteront en ligne : confidentialité et anonymat garantis.

Le plus important est d'identifier les émotions qui vous poussent à manger, et d'apprendre à les gérer autrement. Vous pouvez faire du sport, lire un livre, extérioriser votre ressenti en en parlant à quelqu'un, etc…

En cas de régime, attention, il vous faudra redoubler de vigilance...

Le régime est un moment délicat, un choix important, un pas à franchir. Alors si le moral ne suit pas, c'est un risque d'échec supplémentaire !

Il est important de faire un point sur vos sentiments et émotions avant de débuter un régime. Tant que les problèmes ne seront pas réglés, vous risquez de reprendre le poids perdu dès la fin du régime. Dans la même optique, tenir votre régime sera difficile si vous êtes fatiguée ou déprimée. Bien souvent, on pense seulement au côté « motivation » avant un régime, on se dit qu'on est prête, qu'on veut perdre ces kilos en trop mais on oublie trop souvent les « à côté », le travail, la vie perso…

Évitez donc d'entreprendre un régime lors des périodes de stress intense ou de grande fatigue. Si vous faites l'autruche et que vous ne prenez pas suffisamment en compte ce que vous ressentez, le régime risque d'accentuer ces émotions négatives !
Trouvez de nouvelles manières pour répondre à vos émotions négatives, notamment celle de la frustration due à un régime : faites du sport, trouvez-vous une activité extra professionnelle et créative dans laquelle vous pourrez exprimer vos talents (peinture, sculpture, déco, etc…).

Vous devez également comprendre pourquoi vous avez pris du
poids ! Il est fort possible que votre prise de poids soit liée à un trop plein d'émotions !


Vous l'aurez compris, ce que vous ressentez influe sur votre rapport à la nourriture. Ces petites denrées sont à la fois vos meilleures amies, et vos meilleures ennemies ! A vous de comprendre comment vous fonctionnez avec elles afin d'éviter l'escalade vers les kilos...


La nourriture ne règle aucun problème, bien au contraire…



Cet article  vient de la rédac minceur de cuisine AZminceur !!  je le trouve intéressant au point de vous le proposer !

Marie



08/03/2010
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 104 autres membres