L'univers de Marie

L'univers de Marie

LAVERNY Louis


LAVERNY Louis

- Né le 27 avril 1907 à Vianne - (Lot et Garonne).
- Demeure rue Albert Thomas à Bègles
- Arrêté le 2 juin 1942
- N° 88 sur la liste générale
- N° 8 sur la liste Gestapo
- Fusillé le 21 septembre 1942 à l?âge de 35 ans


Natif du Lot et Garonne, dans ce département où les paysans dès 1920 avaient élu un député communiste, (Renaud JEAN). Louis est dès sa jeunesse sensibilisé aux difficultés sociales de la population laborieuse.

Il vient se fixer à Bègles. Il travaille à la verrerie, chemin Argous, où il fait la connaissance de Paulette qui deviendra son épouse. A la fermeture de l'entreprise, il est embauché à la gare Saint-Jean au nettoyage des wagons. Sa conscience professionnelle et son sens de l'organisation le font apprécier de son employeur et il devient contremaître. Mais il souhaite acquérir des connaissances professionnelles et s'inscrit aux cours du soir et obtient son CAP d'ajusteur. 1935 c'est l'embauche à l'ARMA, aujourd'hui AIA, et la rencontre avec l'organisation syndicale de la métallurgie dont il devient un militant. Lecteur assidu de la "Gironde Populaire", à la belle saison, il va le dimanche avec sa famille au moulin de Moujou sur les bords du ruisseau l'Eau Bourde, où chaque année le Parti communiste tient sa fête d'été.

Il participe aussi et amène son épouse aux réunions que le parti communiste tient au bar Boris en face de l'hôpital militaire Robert Picqué. Il n'est pas membre du PC mais adhère aux "Amis de l"URSS". Il est maintenant le père de deux enfants et désire avoir sa maison pour installer sa famille. Chaque soir et le dimanche avec des copains il fabrique des pierres et petit à petit construit sa maison. Il n'y aura pas de grèves en 1936 à l'ARMA, placée sous l'autorité militaire, les ouvriers sont réquisitionnés.

La guerre d'Espagne apporte son cortège de réfugiés de Barcelone. Le grand c?ur de Louis et de Paulette s'émeut : "Nous avons deux enfants, nous en aurons trois" disent-ils. Un petit espagnol de 10 ans retrouve une famille, sa soeur ira chez un voisin, ils pourront ainsi se voir tous les jours. Les enfants seront tellement choyés et intégrés à la famille que de retour à Barcelone après la victoire de Franco, ils demandent à leurs parents de revenir à Bègles. L?arrestation de Louis a interrompu la réalisation de ce projet. Loulou pour les copains sait ce que fascisme veut dire. Durant toute cette période il a suivi de prés la guerre de Franco à la République espagnole, l'aide apportée par Hitler et Mussolini pour écraser la population civile et les combattants républicains.
Le massacre de Guernica est présent lorsque les Allemands entrent à Bordeaux. Sa décision est prise, il sera un combattant de la Résistance.
Il commence par diffuser les journaux et les tracts clandestins du Parti communiste, puis le sabotage de la production. Il mettait 40 heures pour faire un travail qui en nécessitait 15, Il ne veut pas exposer sa famille aux dangers de la résistance. Lorsqu'il se rendra en mission pour la résistance il raconte à Paulette qu'il a des jours de congés et qu'il en profite pour aller voir sa famille à Vianne, ce qui l'oblige au retour à ramener un poulet ou un morceau de viande. Pourtant un jour Paulette a des doutes, il ramène un poste de radio, ils n'avaient jamais pu s'en acheter un. Il prétend alors que c'est un copain qui le lui a donné. Chaque soir il écoute les messages à Radio-Londres et prend des notes. Paulette est intriguée, il dit que ça l'intéresse, et, comme elle a une grande confiance en Loulou, elle ne pose plus de questions.

Informé par son groupe de résistance du chargement en gare de Bègles des chevaux en bronze du monument des Girondins, démontés par les Allemands pour être dirigés vers une fonderie, il va prendre une photo qui reste l'unique preuve de cet événement. Les cheminots résistants feront sauter les caténaires pour retarder le départ du train puis l'aiguilleront vers une autre destination. Ils seront ainsi sauvés de la destruction et ornent à nouveau le monument sur la place des Quinconces.

Poinsot a mis en place des indicateurs à l'ARMA, ils ont réussi à pénétrer l'organisation clandestine. C'est le coup de filet. Le matin du 2 juin Louis est arrêté et conduit à la prison municipale. Son épouse arrêtée sera relâchée le soir même et longtemps filée par la police. Grâce à un gardien complaisant, elle pourra entendre le son de sa voix derrière une porte, alors qu'elle lui portait un colis de vivres, aidée par l'épicière du quartier qui lui donnait du ravitaillement. Transféré au Fort du Hâ, elle n'aura jamais le droit de visite, seuls les enfants y seront autorisés.

La Gironde Populaire d'octobre1944 portant témoignage à Louis écrivait "Ses chefs rendaient hommage à sa valeur professionnelle et ses camarades étaient unanimes à vanter ses sentiments délicats et généreux".

Avant de mourir, il écrit une lettre à sa famille :

"Ma Paulette chérie, mes petits enfants adorés,
Au moment de mourir, je vous envoie un dernier adieu. Pourquoi n'avoir pas eu le bonheur de vous embrasser une dernière fois ? Ma Popo élève bien nos enfants dans le droit chemin et parle leur souvent de leur papa. Je meurs avec votre nom sur les lèvres et ma dernière pensée va vers vous. Ne m'oubliez jamais, gardez toujours ces photos où je pose mes lèvres pour la dernière fois.
Je meurs sans trembler, en vous adorant.
Ton Loulou,
Votre papa
Adieu pour toujours"


Louis LAVERNY est fusillé le 21 septembre 1942 au camp militaire de Souge.

Cet homme mort (comme beaucoup) pour que nous soyons libres est le grand oncle de mon époux (frére de sa grand-mère)


12/10/2009
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 106 autres membres